Bien plus intelligent que le vélo électrique

Voilà une invention du MIT – en collaboration avec la ville de Copenhague, au Danemark – qui me semble beaucoup plus prometteuse que le traditionnel vélo électrique.  Bien que je commence à être un peu tannée du wi-fi à tout usage, ça m’a l’air ben l’fun à utiliser, et sûrement pratique, étant donné les côtes de mon village (ou à Stockholm…):

http://www.trackandnews.fr/2014/01/copenhagen-wheel-la-roue-electrique-qui-recupere-lenergie/

10 magnifiques possibilités d’hébergement en Suède

Ouais, très intéressant, tout ça…

https://sweden.se/nature/10-amazing-places-to-stay-in-sweden/

Je crois que je vais quand même devoir me « contenter » avec les chambres sur les bateaux à Stockholm et Göteborg, au B & B de mon amie qui élève des orignaux en Scanie et, avec un peu de chance, chez un ami dans le Nord de la Suède, pour discuter de tonnes de choses trippantes…

En septembre, dans quelques semaines…

Moi aussi, un jour, j’irai faire un tour en Laponie.

J’ai déjà eu la chance d’être tout près, à Umeå, en Suède.  Il y avait des chevaux et des vaches qui paissaient dans les bois.

J’ai eu droit à un gros morceau d’omelette haute de 6 cm dont la moitié inférieure était composée d’oeufs brouillés et la moitié supérieure de chanterelles fraîches. 

J’ai rencontré une charmante vieille agricultrice qui recueillait les réfugié.e.s pour leur donner de l’expérience de travail.  Elle avait écrit un long poème à des fonctionnaires du ministère de l’agriculture, dans sa maisonnette dans un grand tronc d’arbres parce .  Et des saunas PARTOUT!  

Comme c’était en tout début juillet, j’ai eu droit au soleil de minuit, à cette magnifique lumière très, très douce.  Moi qui dors sans rideaux, j’ai beaucoup, beaucoup aimé, mais pas mes hôtes, que cette situation énervait passablement; ils auraient mieux aimer plus de noirceur pour dormir.

Et, pour couronner le tout, dans cette ville où le McDo a un toit végétal et qui a vu grandir Stieg Larsson, l’auteur de Millenium, on m’a servi du surströmming – une expérience inoubliable.  C’est absolument horrible comme mets, c’est du hareng pourri à « déguster » avec beaucoup d’Aquavit (eau de vie), des patates et de l’oignon sur galette.  Ça pue tellement qu’il faut ouvrir la boîte de conserve dans l’eau et les mouches s’en donnent à coeur joie.  On s’est payé joyeusement ma tête face à ma politesse enjouée de vouloir y goûter malgré tout, tout en me libérant après quelques bouchées. 

J’avais juré de me venger culinairement quand cet ami suédois est venu me voir l’été dernier au Québec mais je n’ai rien trouvé dans notre terroir qui soit aussi répugnant – et ce n’est pas faute d’avoir cherché.

Bref, j’ai vécu moins d’aventures que Lio Kiefer mais pourquoi est-ce que j’ai l’impression qu’il raconte quelque chose qui s’est passé, il y a bien des décennies?

http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/445152/tourisme-laponie-le-nord-avec-le-soleil-pour-temoin

S’inspirer de l’Islande pour promouvoir le Québec ?

C’est une approche très, très sympathique, basée sur le fait que les gens ont des connaissances plus intéressantes que Google quand il est question de faire connaître leur pays…

Belle idée!  On pourrait faire ça au Québec, en commençant par le Bas-Saint-Laurent bien sûr!

http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-mutations-tranquilles/442807/l-islande-lance-un-moteur-de-recherche-humain

Au Danemark aussi, on pense que le gaz de schiste n’est pas une bonne idée…

Grâce à la vigilance de Johanne Dion, une bonne amie et LA référence en gaz de schiste au Québec, cet article sur les Danoises et Danois luttant contre les gaz de schiste mérite qu’on s’y attarde parce que les techniques sont toujours pareilles de la part des entreprises gazières et pétrolières, mais aussi de la part des gouvernements (pour l’accompagner dans cette opération, Total a reçu le soutien à hauteur de 20% du Nordsøfonden.).

L’article : http://www.reporterre.net/Les-Danois-font-reculer-Total-sur

Bravo pour celles et ceux qui, comme au Danemark, protègent la nature de façon pacifique en connaissant leur force!

Kim

Je ne lirai plus le norvégien Jo Nesbø (polars)

Quand il est question de littérature des pays nordiques, je suis généralement prenante.  Et il arrive que les romans soient très violents mais nécessaires, pour décrire ce qui se passe socialement.  Je pense ici à l’oeuvre de Stieg Larsson (la trilogie bientôt quadralogie Millenium) ou encore aux oeuvres de Henning Mankell, qui décrivent leur vision très noire de la société.  Jusque là, ça va.

Mais quand on prend plaisir à décrire des tortures horrifiques, gratuitement, pour le simple plaisir du voyeurisme macabre, sans aucune pertinence, pages après pages, le plus souvent envers des femmes et des filles, là, je décroche.  En le lisant, malgré la mise en valeur de certaines femmes, on sent une mysoginie très dérangeante.  Et je lis de moins en moins ceux qui m’attaque par la bande, par sexisme…  Même s’ils viennent des pays nordiques, renommés pour leur égalité, disiez-vous ?  Ça dépend qui parle…

Par contre, je suis bien contente qu’il m’ait fait découvrir Gram Parsons et son agréable country folk…

 

Gaz naturel ou électricité pour les traversiers ? Plutôt biométhane ou électricité. Tout à fait!

Au Québec, certains traversiers seront bientôt au gaz naturel.  En développant tout le potentiel, comme la Suède le fait, on pourrait les acheminer uniquement au biométhane, parce que le gaz de schiste n’est définitivement pas une solution, d’où l’intérêt à produire de façon optimale le biométhane.

En Suède, où le biométhane se développe bien, on pense aussi à l’électricité pour les traversiers…

Biométhane ou électricité, les deux me vont:

http://www.bcsea.org/could-bc’s-future-ferries-be-electric

Super-pétroliers et émissions de GES : quand nos amis norvégiens et suédois sonnent l’alerte!

S’il y a déjà lieu de s’inquiéter de l’arrivée des super-pétroliers dans le Fleuve Saint-Laurent en raison des risques d’accidents et déversements, il y a aussi une autre raison majeure pour laquelle ces navires géants ne sont pas une bonne idée: ils émettent des quantités énormes de GES (gaz à effet de serre) dans l’atmosphère sans en être trop inquiétés.   Suite à la lecture d’un rapport de la compagnie Det Norska Veritas (DNV) qui a compilé le total des émissions, l’expert en questions environnementales Göran Värmby, explique le problème.

”Le pétrole brut qui s’échappe des pétroliers – un énorme problème environnemental”

 SuperPétrolier

« Le tonnage du super pétrolier Mesdar aux couleurs du Libéria est de 315 802 tonnes métriques. Il s’agit du prochain type de super-pétroliers (entre 200 000 et 320 000 tonnes), appelé VLCC[1]. Photo: Stefan Hofecker / Alamy

DÉBAT. Les plus grands super-pétroliers du monde laissent échapper des quantités énormes de COV (composés organiques volatiles sous forme d’hydrocarbures gazeux) du pétrole brut qu’ils transportent. Les émissions de cinq millions de tonnes correspondent presque au total des émissions terrestres des pays de l’Union européenne, écrit Göran Värmby.

« L’évaporation des émissions des hydrocarbures des super-pétroliers qui transportent en vrac le pétrole brut vers diverses raffineries dans le monde constitue un scandale environnemental énorme. Aucune instance décisionnelle, que celle-ci soit politique, industrielle ou gouvernementale ne se soucie d’essayer de faire cesser ces émissions des transporteurs de l’industrie pétrolière.

Le pétrole brut est préservé dans de grands réservoirs sur les pétroliers. Ces réservoirs sont connectés à l’air ambiant afin d’éviter la surpression. Lorsque la température d’un hydrocarbure dépasse le point d’ébullition, on laisse échapper celui-ci en grande quantité dans le système de ventilation. C’est le cas par exemple du méthane, l’hydrocarbure le plus volatile qui est présent dans le pétrole brut et dont l’effet comme gaz à effet de serre est 24 fois plus important que le CO2. Même l’éthane, le propane et le butane s’évaporent facilement, avec un taux d’ébullition sous 0 degré Celsius.

Il y a davantage d’évaporation dans les mers chaudes près de l’équateur, où se trouve une grande partie de ces transporteurs. Mais les émissions les importantes se produisent lorsque le pétrole brut est pompé vers les pétroliers.

Dans le monde, on retrouve environ 500 de ces super-pétroliers qui sont responsables de ce transport du pétrole brut. Dans un rapport de 2010, la plus grande firme de consultants en navigation maritime en eaux intérieures et extérieures au monde, DNV (Det Norske Veritas), a calculé que ces navires émettent presque autant d’hydrocarbures, par évaporation, que toutes les sources d’émissions terrestres de l’Union européenne. Les émissions dues au transport, à l’industrie, à la consommation, à l’énergie et aux secteurs manufacturier et municipal atteignent 7 millions de tonnes/an, alors que les émissions liées à ces super-pétroliers atteignent 5 millions de tonnes/an.

Que ce soit l’OMI (organisation maritime internationale, une section de l’ONU), la Commission européenne ou les autorités maritimes responsables de ces questions, Göran Värmby ne comprend pas pourquoi les autorités réglementaires et le monde politique n’ont pas sonné l’alerte. Faut-il remettre en doute le professionnalisme des gens ? N’y a-t-il personne – hormis les experts chez DNV – qui sont au courant de ces faits?

Il est connu que les autorités et entreprises en milieu terrestre, que ce soit les ports pétroliers et les raffineries, s’affairent à diminuer les émissions liées aux hydrocarbures qui s’évaporent lors du transfert dans les citernes et aux quais de chargement des camions-citernes. Dans cette industrie, tout le monde est bien conscient que le pétrole brut contient une grande partie d’hydrocarbures très volatiles mais précieux également. C’est pourquoi l’on tente d’éviter la perte de ceux-ci… Ces technologies de récupération existent déjà et sont bien connues des intervenants du milieu. »

Göran Värmby, consultant en développement durable, ex-responsable des questions environnementales, ville de Göteborg.

[1] Very Large Crude Carrier, ce que sont les super-pétroliers.

Traduction libre d’un extrait de l’article en suédois :

”Råolja som dunstar från tankfartyg – ett gigantiskt miljöproblem” – NyTeknik 14-11-23 10:07

Source: http://www.nyteknik.se/asikter/debatt/article3861055.ece